Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élections présidentielles 2017

Nous voici à un nouveau tournant important de la vie politique française. EELV a décidé d'être porteur de l'écologie politique dans cette campagne présidentielle pleine d'enjeux extrêmement importants… à nos lectrices et lecteurs de nous donner leurs points de vue et nous essayerons de leur apporter toutes les informations dont nous disposerons.

 

CHAINES VIDEOS DE YANNICK JADOT
https://www.youtube.com/channel/UCJg0QqSuqN5caoOtjpjG4KA
http://www.dailymotion.com/jadot2017

Rechercher

Nous contacter

En cas de problème, question, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à aixlesbains.ecologie @ gmail.com (sans espaces

Retrouvez-nous sur
LogoFacebook.jpg

Nous rejoindre

Vous pouvez soit nous soutenir en faisant un don ou en adhérant pour rejoindre le rassemblement des écologistes soit en coopérateur (en étant membre d'un autre parti politique) ou soit en adhérent du parti.
 

 

AGENDA

Nous contacter

Des infos plus précises seront données ultérieurement.

logoeelv2011blanc

3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 05:54

2012-2017 socialistes et écologistes, ensemble pour combattre la crise et bâtir un autre modèle de vivre ensemble.

 

Cliquez sur l'image ci-dessous

 

IV – Améliorer la vie quotidienne des Français et préparer l’avenir de notre jeunesse


1) Faire de l’éducation la priorité nationale et du savoir le levier du redressement
2) Renforcer le pouvoir d’achat
3) Permettre l’accès à la santé partout et pour toutes et tous
4) Rendre le logement accessible et durable, réinventer la ville
5) Garantir le droit à la sécurité et à la justice, lutter contre les discriminations
6) Défendre et développer les services publics


 

IV – Améliorer la vie quotidienne des Français et préparer l'avenir de notre jeunesse


1) Faire de l'éducation la priorité nationale et du savoir le levier du redressement

 

Toutes les évaluations et les comparaisons internationales décrivent un système éducatif français
déclinant, une école en panne, socialement ségrégative. 20 % d’une génération quitte l’école sans
aucun diplôme de l’enseignement secondaire. 40 % des jeunes privés d’études supérieures sont au
chômage trois ans après la sortie du système scolaire. Apprentissage de la citoyenneté, transmission
des connaissances, préparation à la vie professionnelle, formation à la coopération tout autant
qu'à la compétition : c’est à l’école qu’un pays prépare son avenir. Elle doit redevenir le premier
sujet, le premier projet, le premier budget de la République. Elle sera notre grande cause nationale.
Après une décennie d’abandon et de stigmatisation, l’école est à reconstruire. Dès 2012, sur la base
d’une négociation globale avec les organisations syndicales, nous engagerons un plan pluriannuel
de recrutement de professionnels – enseignants, conseillers d’éducation et d’orientation, médecins
scolaires, assistants sociaux, surveillants – prioritairement destinés à ceux à ceux qui en ont le plus
besoin : école primaire et zones d’éducation prioritaire. Nous revaloriserons le métier d'enseignant
par une nouvelle formation pratique initiale et continue.

 

Bâtir l'école du 21ème siècle suppose de repenser son organisation et ses missions. Dix ans de
politiques incohérentes, de programmes déconnectés du socle, de diminution du nombre de jours de
classes dans le primaire, d’atteinte à la formation pratique des professeurs ont abîmé l'école et accru
les inégalités. L’acquisition d’un socle commun de savoirs et de compétences (lire, écrire, compter,
cliquer) doit redevenir la vocation première de l’Education nationale. La personnalisation des
réponses éducatives avec des pédagogies différenciées et une refonte des rythmes scolaires pour
alléger les journées de travail et mieux les répartir dans l’année sera notre méthode. Une nouvelle
sectorisation sera nécessaire pour en finir avec les inégalités territoriales.

 

Favoriser la réussite scolaire et universitaire de tous les jeunes, c’est garantir leur autonomie
pendant la durée des études. Convaincus que la jeunesse est la richesse de la nation et l’espoir d’un
monde différent, nous déploierons, au cours de la législature, un « parcours autonomie » pour
sécuriser leur entrée sur le marché du travail. Pour que jeune soit soutenu dans l’élaboration et la
concrétisation de son projet de vie, nous regrouperons les aides sociales existantes (aides au
logement, bourses sur critères sociaux…) dans une véritable allocation d’études. Pour qu’il n’y ait
plus un seul jeune de 16 à 25 ans sans formation ni emploi, nous créerons un droit à la qualification
pour tous garanti par un compte formation individuel. Nous nous appuierons sur les schémas
régionaux pour combler le retard en matière de logements universitaires et nous améliorerons
l’accès des étudiants au parc privé. Pour qu’aucun jeune ne soit désormais interdit d’accès aux
soins, nous développerons les « chèques santé » expérimentés dans plusieurs régions et nous
étendrons la gratuité de la contraception au delà de 18 ans pour les jeunes privés de couverture
maladie autonomie.

 

Nous donnerons une nouvelle ambition à l’enseignement supérieur. La réussite en premiers cycles
universitaires sera notre priorité. Un objectif de la moitié d'une classe d'âge au niveau de la licence
sera fixé en début de mandature. Nous renforcerons la pluridisciplinarité, personnaliserons les
parcours et améliorerons les conditions d'encadrement pédagogiques lors des trois premières années
d’études supérieures. Pour rapprocher les filières et lutter contre les inégalités, nous engagerons
l’intégration progressive des BTS et des classes préparatoires à l’Université que nous rapprocherons
progressivement des Grandes Ecoles. Des Assises de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
seront organisées afin de réexaminer la loi LRU et de trouver les voies pour mieux garantir
l'indépendance de la recherche.

 

Parce que nous considérons que le savoir ne s’arrête aux portes des études, nous ferons de la
culture le moteur d'un nouveau projet de société. Nous engagerons un plan pour l’éducation
artistique et culturel à tous les âges fondé sur l’expérimentation territoriale. Le service public de la
culture aura notamment pour mission de valoriser la diversité culturelle. Tous les artistes et les
salariés du secteur culturel sans exception doivent être soutenus et valorisés : le régime Unedic des
intermittents du spectacle et de l'audiovisuel sera réformé. Pour protéger la création tout en
démocratisant l’accès à la culture, nous abrogerons la loi Hadopi au profit d'une approche qui
assurera le financement des oeuvres.

 

 

2) Renforcer le pouvoir d'achat

 

Combattre les injustices, lutter contre la précarité et la pauvreté, permettre à tous de vivre
dignement, plus que jamais, ces impératifs sont les nôtres. Nous nous fixons comme objectif sur la
mandature de renforcer le pouvoir d’achat des plus fragiles et des classes moyennes.

 

Alors que leur part dans la valeur ajoutée n’a cessé de chuter depuis 30 ans, nous mènerons une
politique visant à améliorer les salaires. Une Conférence salariale annuelle tripartite (Etat,
syndicats, patronat) aura vocation à établir un cadre général d’évolution des salaires pour orienter
les discussions dans les branches professionnelles et les entreprises. Nous ferons appliquer la loi sur
l’égalité salariale et professionnelle entre les femmes et les hommes : le maintien des exonérations
de cotisations sociales sera conditionné à la conclusion d’accords salariaux. Nous engagerons le
rattrapage du pouvoir d'achat du Smic et des minima sociaux.

 

Dans le même temps, nous mènerons une politique offensive sur les prix. Il n’est plus possible que
tout augmente sauf les salaires et les pensions ! Parce que l’énergie est un bien essentiel qui doit
être accessible à tous pour les besoins vitaux ou contraints, un tarif progressif pour l'eau, le gaz et
l'électricité, différencié selon les usages, sera mis en place. Pour baisser la facture chauffage, un
plan national de rénovation thermique des logements sera lancé dès 2012. Pour casser la spéculation
qui éloigne de plus en plus de Françaises et Français hors des centres-villes, nous encadrerons par la
loi les loyers à la première location ou à la relocation. Pour que tous les Français puissent accéder
aux biens de consommation élémentaires, nous encadrerons le prix de produits essentiels vendus
dans les grandes surfaces à travers des conventions Etat-distributeurs et nous créerons un véritable
« indice du coût de la vie » à partir d'un panier de biens représentatifs de la consommation des
ménages pour palier les insuffisances du calcul actuel de la hausse des prix. Parallèlement, nous
développerons, en lien avec les collectivités locales et les organisations agricoles, les circuits courts
du producteur au consommateur local, à travers des mesures expérimentées avec succès par
plusieurs régions et départements que nous dirigeons.

 

 

3) Permettre l'accès à la santé partout et pour tous

 

De plus en plus de Français renoncent à se soigner faute de moyens, l’hôpital public se dégrade et la
désertification médicale s'aggrave. Les causes environnementales et des modes de vie de
nombreuses maladies sont désormais prouvées. Il est temps de rendre plus juste, plus efficace et
plus accessible notre système de soins.

 

Les inégalités de santé se combattent dès la petite enfance. Pour que la prévention soit au coeur de
la politique de santé publique, nous consacrerons 1 % du budget des soins au terme de la mandature
à la prévention primaire (éducation pour la santé, santé environnementale), à l’éducation dans
l'entreprise (tâches pénibles, stress, exposition aux produits toxiques), à la promotion d'une
alimentation équilibrée et à la prévention des addictions. Nous appliquerons le principe de
précaution sur les champs électromagnétiques tout en rendant publics les réseaux et nous lutterons
contre les OGM par leur interdiction sauf pour la recherche en espace confiné.

 

Pour qu’aucun Français ne soit mis en danger faute d’accès aux soins ou à un praticien près de
son domicile, nous agirons contre les déserts médicaux et les déremboursements injustes. Les jeunes
médecins seront incités à exercer dans une zone de santé prioritaire pendant les premières années à
la sortie des études. Nous reviendrons sur les franchises médicales et le forfait à un euro. La prise en
charge des soins dentaires et optiques sera améliorée.

 

L’hôpital public, sinistré par la droite, sera au coeur du système. Concurrence des structures
privées, engorgement des urgences faute de permanences des soins en ville, manque de personnel,
le risque est grand d’altérer la qualité de soins et d’accueil. L’hôpital sera mieux inscrit dans le
parcours de soins, en réponse aux besoins de santé sur le territoire et articulé avec un système de
soins de premier recours comme les Maisons de Santé que nous développerons. La politique
aveugle de suppression d’emplois sera supprimée et le mode de financement revu pour remédier
aux effets pervers de la tarification à l'acte (T2A).

 

Nous renforcerons l'action contre les lobbies pharmaceutiques.
Nous veillerons à la prise en charge solidaire de la perte d'autonomie : à cet effet, un droit à la
compensation des incapacités tout au long de la vie dans le cadre de la Sécurité sociale sera crée.

 

 

4) Rendre le logement accessible et durable, réinventer la ville

 

Pour nous, un toit est un droit. Dans le cadre d’une nouvelle approche de la ville, nous mènerons
une politique globale de promotion de logements accessibles, diversifiés et durables.

 

Développer et réorienter l'offre de logement s'impose. Un objectif de construction de 500 000
logements par an dont 150 000 logements sociaux (dont 15 % à 20 % de logements très sociaux)
sera fixé en début de mandature en BBC et promouvant les écomatériaux. Pour développer
l’accession sociale à la propriété, nous ciblerons le prêt à taux zéro (PTZ) en direction des foyers les
plus modestes. Les niches fiscales liées à l’investissement immobilier seront supprimées. La taxe
sur les logements laissés vacants sera renforcée et la loi de réquisition systématiquement
appliquée. Enfin, les ressources du Livret A seront réaffectées essentiellement à la construction de
logements.

 

Pour gagner la bataille du foncier, nous renforcerons fortement les sanctions de la loi SRU et la
part de logements sociaux à atteindre sera portée à 25 %. Les Etablissements publics fonciers à
l’échelle régionale seront généralisés avec un suivi particulier des Plans locaux d’urbanisme.

 

L’accès à un logement décent quelles que soient ses ressources, sur l’ensemble du territoire, est au
coeur de notre combat pour une vie digne. Nous mettrons en place un plan d’urgence pour reloger
les 20 000 personnes prioritaires au DALO et pour augmenter de 50 % en cinq ans le nombre de
places dans des structures d’hébergement. Dans un souci de justice, nous agirons pour que soient
suspendues les expulsions pour les locataires de bonne foi.

 

Ces mesures pour le logement sont indissociables d’une vision nouvelle de la ville et d'abord de la
banlieue : nous voulons faire des quartiers un atout pour la France. Après la finalisation des
opérations ANRU actuelles, un second programme donnant toute leur place aux habitants sera
orienté vers la qualité urbaine et une politique de réinvestissements urbains en faveur du
désenclavement par les transports en commun, de la qualité des espaces et des équipements publics,
des copropriétés et du parc social dégradé. Nous créerons des autorités organisatrices de la politique
du logement et nous testerons de nouveaux modes d’habitat participatif grâce notamment à
l’instauration d’un statut juridique de la coopérative d’habitants.

 

Nous définirons ensemble une politique nationale de réhabilitation et d'adaptation des foyers pour le
jeunes salariés et les migrants.

 

 

5) Garantir le droit à la sécurité et à la justice, lutter contre les discriminations

 

Nous proposons une politique républicaine globale de tranquillité publique. Le sarkozysme est en
échec. La multiplication des textes législatifs, la stigmatisation de certaines catégories de la
population, les promesses non tenues n’ont pas seulement accru l’insécurité qui touche nos
concitoyens, elles ont affaibli notre pacte social et divisé les Français. Parce qu'elle génère du
désordre, la politique UMP doit être stoppée.

 

Cela passe par un soutien au service public de la sécurité. Des zones de sécurité prioritaires seront
créées pour mobiliser, le temps nécessaire, les services de police concernés par la lutte contre
l'économie souterraine et les violences urbaines, en lien avec un magistrat du parquet désigné
comme référent. Une police de proximité et des quartiers sera rétablie en place, présente au
quotidien auprès des citoyens. Nous renforcerons la gouvernance locale des politiques de sécurité
avec un rôle renforcé des élus et nous recentrerons les polices municipales sur leurs fonctions de
tranquillité publique. Dans une approche républicaine, nous renforcerons également le contrôle
parlementaire des services de renseignement, l'encadrement des sociétés privées de sécurité et la
formation obligatoire de leurs personnels. .

 

Parce que la chaîne pénale est un tout, la justice aura les capacités de remplir sa mission. Nous
revaloriserons progressivement son budget au cours de la mandature. Dans le souci d’assurer
l’égalité d’accès à la Justice sur tout le territoire, nous réviserons la carte judiciaire de proximité.
Efficacité des sanctions ne rime pas avec tout-répression. C'est pourquoi nous abrogerons les lois
indignes du sarkozysme sur les peines planchers et la rétention de sûreté. Nous développerons
l’application de sanctions diversifiées contre le recours systématique à l’emprisonnement qui est
devenu un des principaux facteurs de récidive. Une réforme de la garde à vue sera lancée.
L'humanisation des conditions de vie dans les prisons et l'accompagnement à la réinsertion seront
au coeur de notre politique pénitentiaire.

 

La promesse républicaine, c'est l'égalité réelle des citoyens. Nous lutterons donc sans relâche
contre toutes les formes de discriminations dont sont victimes trop de personnes, notamment à
l'embauche et pour l'accès au logement, pour leur couleur de peau, leur sexe ou leur patronyme,
pour leur handicap, pour leur orientation sexuelle ou leur choix de vie familiale. L'arsenal juridique
sera complété et les sanctions renforcées. Un programme d’accompagnement et de formation des
acteurs des secteurs public et privés (enseignants, policiers et magistrats, recruteurs et DRH) sera
créé. Un système d'attestations remises par les policiers lors des contrôles d'identité, en lien avec les
organisations professionnelles, sera expérimenté. Une loi permettra l’ouverture du mariage et de
l’adoption à tous les couples, l’égalité de l’accès à l’adoption et aux techniques de procréation
médicalement assistée et l’élargissement de la délégation d’autorité parentale.

 

 

6) Défendre et développer les services publics

 

Alors que les défis du pays appellent une intervention publique efficace et rénovée, la droite
continue de tailler indistinctement dans les budgets de fonctionnement et les dépenses
d’investissement. Elle s’en prend aux services publics avec les privatisations (La Poste), les
suppressions de postes (RGPP et non remplacement d’un fonctionnaire sur deux dans l’éducation,
la police, la gendarmerie, l’hôpital, à Pôle emploi, etc.), et avec les contre-réformes des cartes
scolaire, judiciaire, hospitalière et militaire. Il faut rompre avec cette logique absurde qui aboutit à
l’abandon de certains territoires par l’Etat sans faire aucune économie.

 

La RGPP aveugle sera abandonnée au profit d’une politique concertée de redéploiements et de
modernisation, s’appuyant sur l’expertise des élus locaux et des services de l’État. Pour rendre la
dépense publique plus performante, nous nous attaquerons en priorité aux doublons qui perdurent
entre les services déconcentrés de l’Etat et les services décentralisés. Nous lancerons une « revue
des missions » intégrant les politiques publiques confiées aux collectivités territoriales. La défense
des services publics se joue aussi à l'échelon européen. Après des années de directives sectorielles
de libéralisation dans l'énergie, les transports et la poste, nous demanderons qu’une évaluation
objective de l’ouverture à la concurrence des Services d’intérêt économique général soit réalisée et
permette un vrai débat sur la révision des choix politiques en la matière.

 

La fonction publique, stigmatisée par le Président sortant et les dirigeants UMP à longueur de
discours, sera revalorisée et réformée. Dès 2012, une négociation avec les organisations syndicales,
les agents et les employeurs de la Fonction publique sera lancée sur tous les sujets : perspectives
salariales, lutte contre la précarité, réforme des modes de nominations aux emplois supérieurs,
élargissement des possibilités de promotion interne dans le déroulement des carrières, mais aussi
exemplarité, neutralité, laïcité dans les services publics.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Europe Ecologie Les Verts Aix les Bains & Environs - dans Informations présidentielles
commenter cet article

commentaires