Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Élections présidentielles 2017

Nous voici à un nouveau tournant important de la vie politique française. EELV a décidé d'être porteur de l'écologie politique dans cette campagne présidentielle pleine d'enjeux extrêmement importants… à nos lectrices et lecteurs de nous donner leurs points de vue et nous essayerons de leur apporter toutes les informations dont nous disposerons.

 

CHAINES VIDEOS DE YANNICK JADOT
https://www.youtube.com/channel/UCJg0QqSuqN5caoOtjpjG4KA
http://www.dailymotion.com/jadot2017

Rechercher

Nous contacter

En cas de problème, question, n'hésitez pas à nous envoyer un courriel à aixlesbains.ecologie @ gmail.com (sans espaces

Retrouvez-nous sur
LogoFacebook.jpg

Nous rejoindre

Vous pouvez soit nous soutenir en faisant un don ou en adhérant pour rejoindre le rassemblement des écologistes soit en coopérateur (en étant membre d'un autre parti politique) ou soit en adhérent du parti.
 

 

AGENDA

Nous contacter

Des infos plus précises seront données ultérieurement.

logoeelv2011blanc

29 mars 2010 1 29 /03 /mars /2010 06:10
MEIRIEU 5285La création d’Europe Ecologie est, à mes yeux, un des événements majeurs de la vie politique française depuis longtemps…

C’est un événement majeur en raison du coup de génie qui a présidé, avant les élections européennes, à ce rassemblement inédit entre un parti visionnaire, mais trop engoncé dans un fonctionnement complexe, et un ensemble de personnalités de la « société civile » dont les trajectoires exemplaires convergeaient vers la création d’un nouveau modèle social et politique fondé sur la solidarité : solidarité des humains avec une planète dont on connaît aujourd’hui la finitude et la fragilité, solidarité entre les êtres pour un développement harmonieux et réciproque, solidarité active des acteurs sociaux contre l’exaspération des individualismes par la société marchande, solidarité des citoyens pour faire gagner la démocratie et construire ensemble « le bien commun ».

Cela n’aurait pu être qu’un bel élan de générosité porté par une vague médiatique de circonstance. Ce fut un succès inespéré : les Français ont vu en Europe Ecologie une véritable alternative à un fonctionnement politique obsolète. Ils ont voté pour des hommes et des femmes qui incarnaient des combats fondamentaux à leurs yeux, rompaient avec la nomenklatura politique traditionnelle et préfiguraient un nouveau type de gouvernance fondé sur l’exigence de probité, la responsabilité partagée et l’implication citoyenne.

Pour autant, rien ne garantissait que la dynamique des Européennes se prolonge et puisse s’incarner durablement dans le paysage politique. Or, avant même le 14 mars, nous avons su qu’Europe Ecologie avait gagné son pari. Nous l’avons découvert, au quotidien, au cours d’une campagne électorale qui, dans chaque région, a permis de mesurer la pertinence du « rassemblement » : nous avons vu comment Europe Ecologie fédérait une multitude d’initiatives qui, dans le domaine de l’environnement comme dans le champ social, économique, éducatif ou culturel, préfiguraient une société plus solidaire, échappant à la logique bureaucratique comme à l’exploitation des égoïsmes par le marché. Nous avons pu observer à quel point le tissu associatif et citoyen était porteur de dynamiques et d’inventivité : partout, des « militants-experts » travaillent, découvrent, expérimentent de nouvelles formes de socialité, plus solidaires, plus généreuses, plus démocratiques. Et ces « militants-experts » trouvent en Europe Ecologie l’interlocuteur que beaucoup n’espéraient même plus.

Aujourd’hui la campagne électorale des élections régionales est terminée et il existe, dans les régions, des groupes d’élus qui se revendiquent ensemble membres d’Europe Ecologie. Ils vont travailler au coude à coude et au quotidien, sans s’interroger sur leurs « origines » (Verts ou non-Verts), mais en se tournant vers le futur qu’ils peuvent contribuer à construire ensemble.

Alors, oui, il faut poursuivre l’aventure d’Europe Ecologie. Alors oui, il faut aller de l’avant et être à la hauteur des espérances que nous avons fait naître… Il nous faut faire exister Europe Ecologie encore plus et mieux, parce que cela correspond à une attente et que nous disposons maintenant d’un support solide pour notre développement.
C’est pourquoi, à mes yeux, Europe Ecologie doit se structurer à partir de deux données essentielles : les groupes d’élus qui existent dans les conseils régionaux et les réseaux associatifs qui constituent les « forces vives » de notre mouvement… Les groupes d’élus de chaque conseil régional ont, en effet, une triple légitimité : ils ont été choisis par des instances paritaires Verts / non-Verts (certes tâtonnantes, mais qui ont néanmoins agi au mieux), ils ont participé à une campagne électorale qui leur a permis de rencontrer les réalités du terrain et ils ont été désignés par le suffrage universel. Ils ont donc, tout naturellement, vocation à animer, dans chaque région des rencontres, puis des assises de l’écologie politique… De leur côté, les associations qui militent dans le champ social, de l’environnement, de la culture comme les organisations coopératives et de l’économie sociale et les organisations professionnelles, représentent une force extraordinaire de transformation sociale, un contre-pouvoir fantastique au kidnapping permanent de la démocratie par les technocrates et les spécialistes de la « com » : parce qu’elles irriguent le tissu social, elles ont vocation à nourrir la réflexion politique et doivent trouver leur place dans le « rassemblement ».

Concrètement, je propose que la réflexion s’engage dans les régions sous l’impulsion des groupes d’élus Europe Ecologie, en lien, évidemment, avec tous les groupes locaux Europe Ecologie existants et qui vont se créer. Il faudra réengager le dialogue avec le tissu associatif et toutes initiatives citoyennes pour dégager les axes forts de ce qui pourra structurer, sur le fond et dans les méthodes, l’écologie politique en France. Et cela, sans aucun préalable : en particulier, sur la nécessité ou non de maintenir, d’intégrer ou de fusionner les Verts dans une structure globale. Cette question est seconde. La création d’un axe fort sur les territoires entre élus, indifféremment Verts et non Verts, d’un côté, et le mouvement social, de l’autre, est première.

C’est en partant ainsi des régions, et en réfléchissant aussi avec le groupe Europe Ecologie du Parlement européen, que se dégageront les principes d’une nouvelle configuration politique : confédération ou fédération, avec des adhésions individuelles et/ou collectives, avec une forme partitaire ou celle d’une alliance, avec un « gouvernement » national ou des régions, etc ? Certes, il y a des échéances électorales proches. Mais il faut savoir perdre un peu de temps pour en gagner. La démarche que je propose peut se dérouler jusqu’à l‘été et permettre la stabilisation de notre projet lors de journées nationales en août. L’écologie politique, attachée à la structuration par réseaux et à la démocratie de proximité, ne peut exister comme force politique durable que si elle est conforme dans son fonctionnement avec ce qu’elle affirme dans ses principes. C’est ainsi qu’elle sera un espoir. Un espoir gagnant.

Je profite de ce message pour remercier chaleureusement toutes les militantes et tous les militants de leur engagement tout au long de cette campagne qui a été un formidable moment de solidarité et d’inventivité collective. Les élus, dont je suis, tenteront de se montrer digne de cela... comme du vote des citoyens qui leur ont fait confiance.
Amitiés

Philippe Meirieu

Partager cet article

Repost 0
Publié par Aix les Bains Europe Ecologie et Environs - dans Vie du rassemblement EELV
commenter cet article

commentaires